« Si un individu s’expose avec sincérité, tout le monde, plus ou moins, se trouve mis en jeu. Impossible de faire la lumière sur sa vie sans éclairer, ici ou là, celles des autres »
Simone de Beauvoir – La force de l’âge
« L’information est le seul bien qu’on puisse donner à quelqu’un sans s'en déposséder. »
Thomas Jefferson,
l’un des rédacteurs de la Déclaration d'Indépendance des États-Unis,

De l'esprit des lois (1748)

Les lois inutiles affaiblissent les lois nécessaires.
Charles de Secondat, baron de Montesquieu

3 décembre 2008

2/ L'histoire des incestes de la famille Borgia par Septularisen


Critiqué par Septularisen,
le 14 janvier 2010
(Luxembourg,
Inscrit le 7 août 2004, 42 ans)
L'HISTOIRE DE LA FAMILLE BORGIA.
Au début de ce deuxième tome des « Aventures » de la famille des Borgia, nous sommes toujours à la fin du XVe siècle, (en l’an 1492 pour être plus précis…) et toujours dans la ville de Rome, dont le peuple, qui depuis la mort d’Innocent VII considère que l’église n’a plus de pouvoir, se livre aux pires exactions, les prêtres n’ont plus aucune autorité, les honnêtes gens ne peuvent plus vivre en paix et même la Sainte place du Vatican est envahie de souteneurs et de leurs putains qui se saoulent et forniquent à toute heure du jour et de la nuit…
Rodrigo Borgia, qui à réussi à se faire élire Pape sous le nom d’Alexandre VI, est méprisé par la population, (qui lui reproche son origine espagnole), décide de refaire régner l’ordre dans les rues de Rome…
Alexandre VI, veut étendre les pouvoirs de l’église, son église, jusqu’aux derniers confins du monde, et si tous les dirigeants du monde l’ont reconnu comme Pape, les Etats de l’Eglise sont menacés par Ferrante de Naples, Fernand d’Aragon et surtout Charles VIII de France qui veulent le détrôner et faire élire à sa place le Cardinal Giuliano Della Rovere (le futur Jules II), ennemi juré d’ Alexandre VI, qu’il accuse de s’être fait élire en achetant des voix lors du conclave.
Il décide alors de se servir de sa famille pour nouer des alliances, son fils Joffre (qui n’a que douze ans) est marié avec Sancha, la fille d’Alphonse II Roi de Naples, Giovanni va épouser la Princesse Maria Enriquez, cousine de Fernand d’Aragon, Lucrèce avec Giovanni Sforza, Duc de Pesaro et neuveu de Ludovic le maure, l’homme le plus puissant de Milan et César sera proclamé Cardinal-Archevêque…
Et même le fait que Giovanni Sforza est marié à Madeleine de Gonzague, enceinte de huit n’est pas de nature à arrêter les projets d’Alexandre VI…
Encore une fois, dans ce deuxième tome le duo Chileno-Italien d’Alejandro JODOROWSKY et Milo MANARA fait des étincelles, et semble vraiment être dans « son pré carré», avec la description d’une des périodes les plus sombres de l’église. Le scénario de JODOROWSKY est toujours aussi solide et nous tient en haleine du début à la fin, les dessins au trait si fin de MANARA tout en rondeurs, subtilités sont toujours aussi beau et précis… Ce deuxième volume est toujours aussi intéressant notamment pour ce qui est de la découverte des mœurs et de l’histoire de l’époque qui malgré quelques approximations historiques (ainsi p. ex. le Cardinal Della Rovere ne peut pas apparaître aux cérémonies organisées par Alexandre VI à Rome, puisque à la même époque vit réfugié auprès de la cour de France…) est très bien restituée…

Rappelons enfin que cette série, qui raconte, de façon romancée, l’histoire de la famille romaine des Borgia, et est basée sur des évènements historiques ayant réellement eu lieu et des personnages ayant réellement existé. L’église vit alors un de pires moments de son histoire, que cette BD raconte de façon magistrale, une fois encore, simonie, népotisme, corruption, intrigues, meurtres, trahisons, inceste, tortures… sont au rendez-vous!

Attention cette BD est pour un public averti !…
_____________
Autres billets sur la BD – Borgia T2 – Le Pouvoir et l'Inceste
1/ BD – Borgia T2 – Le Pouvoir et l'Inceste par Jodorowsky & Manara
Rendez-vous sur Hellocoton !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire